Forum européen sur le Rhin : c'est parti!

Jetzt geht's nach oben!

Le bruit d'une pompe à béton n'a jamais été aussi beau. Après dix ans de planification, les travaux de construction du Forum am Rhein battent leur plein ! Les plans d'achèvement sont ambitieux

Enfin quelque chose à toucher et à regarder ! Depuis dix ans, la porte de l'Ortenau n'a grandi que sur le papier, a été changée, agrandie, rétrécie - elle a été projetée et arrachée... aujourd'hui enfin les premiers murs et colonnes de béton s'étendent vers le ciel. Une vision devient réalité. C'est très bien ! "Mais nous n'avons plus le temps de nous pencher en arrière, bien au contraire ", explique Nicolay Kolev, architecte en charge du projet. "Nous nous sommes imposé un calendrier ambitieux, que nous voulons absolument respecter. Depuis la délivrance du permis de construire, tout va bien ! La date prévue pour la grande cérémonie d'ouverture est le 14 septembre 2019, date à laquelle le Badische Architekturpreis sera décerné dans le cadre du Forum.

Mais : La propriété n'est pas sans elle. Au total, 600 colonnes vibrantes ont dû être installées au début de la construction en septembre 2017 afin d'améliorer le sous-sol pour qu'il puisse également soutenir le Forum am Rhein à l'avenir. Logistiquement compliqué : La propriété est entourée de routes ou de chemins qui ne peuvent pas être utilisés. "Nous n'avons pas beaucoup d'espace, dit Kolev. "La route principale vers la France en particulier, mais aussi le petit sentier piétonnier et la voie d'évacuation, devaient être sécurisés par des palplanches. Elaboré mais inévitable". En outre, il y a la planification elle-même : Fondamentalement, la propriété sera presque entièrement construite.

De l'espace pour entreposer les matériaux de construction ? Non, ce n'est pas le cas. Après tout, les parkings adjacents sont toujours un point de départ apprécié pour les randonnées et la route d'accès au yacht club ne doit pas être bloquée. L'espace est dans la plus petite hutte ? Selon cette devise, de nombreux matériaux sont simplement stockés sur le chantier. Lorsqu'une seule section est terminée, les premiers fers d'armature, supports ou plaques de coffrage peuvent être posés. Néanmoins, cela exige de la discipline et une coordination très sophistiquée, car il faut bien sûr que le matériau disparaisse à nouveau rapidement pour que la construction puisse continuer. "Quand nous aurons fini le sous-sol, ça s'améliorera un peu ", dit Kolev. "Ensuite, nous pourrons démonter les palplanches et fermer la fosse tout autour. C'est un peu plus d'espace." Pour gagner du temps, ce bâtiment sera également construit en plusieurs étapes : Alors que la fosse d'excavation d'un côté n'a pas encore été excavée, des murs et des colonnes sont déjà érigés de l'autre côté. Cela signifie que différents travailleurs qualifiés peuvent travailler sur différentes choses. Cela permet d'économiser au moins un mois de temps.

La station d'épuration interne et le puits interne sont presque terminés. "A l'origine, ce site n'était pas une zone de construction, il n'y a ni approvisionnement ni eaux usées. On doit s'en occuper." Une petite anecdote : en raison du boom actuel de la construction, il n'est pas seulement difficile de trouver des entreprises spécialisées, des goulots d'étranglement peuvent également survenir au niveau des matériaux. Par exemple, les travaux sur l'ensemble du système de traitement des eaux usées et d'approvisionnement en eau ont été interrompus pendant un certain temps parce que de simples tuyaux ne pouvaient tout simplement pas être livrés. "Puis une chose en suit une autre : Tant que les tuyaux ne sont pas là, la dalle de plancher dans cette zone ne peut pas être coulée tant que la dalle de plancher n'est pas terminée, nous ne pouvons pas former les murs et cela continue tout le temps ", dit Nicolay Kolev. "Cela ne nous empêche pas de nous détendre, mais cela nous coûte du temps que nous devons rattraper après. Pendant ce temps, les tuyaux sont là et le temps perdu là-bas est presque rattrapé.

Ailleurs, le rythme est plus rapide. Certaines pièces du sous-sol sont déjà bien visibles. Les puits pour les ascenseurs sont installés et à côté de la salle de traitement des eaux usées, vous pouvez voir clairement les puits pour les deux étages de stationnement. "Une solution géniale et peu encombrante qui nous permet de créer des places de parking supplémentaires ", explique Kolev. En général, le système de stationnement est très ingénieux. "Comme le terrain est légèrement incliné, nous pourrions nous épargner une rampe élaborée. La route d'accès au parking visiteurs bien fréquenté se trouve directement au-dessus de la rue. Les locataires et les employés peuvent accéder au parking inférieur par le petit sentier de l'autre côté."

Au cours des prochains mois, il y aura beaucoup à voir sur le chantier de construction peu avant le pont Pierre-Pflimlin. Ça va vite maintenant. L'enveloppe du bâtiment devrait être terminée d'ici la fin du mois d'octobre, puis l'intérieur sera prêt pour d'autres travaux. Ce sera passionnant, car ce projet n'est pas seulement un projet européen en raison de son emplacement. Les entreprises de construction concernées viennent également du monde entier. "La société écran, par exemple, vient de Bulgarie, tout comme l'ensemble de la technique de chauffage et de climatisation ", explique Kolev. Lui-même a des racines bulgares.

Même si le contremaître parle couramment l'allemand, l'étroite collaboration avec l'équipe de paysagistes est utile. Les menuisiers viendront à l'automne. De grandes parties de la façade sont vitrées - cette œuvre de Freyler donne au bâtiment son visage caractéristique. Entre-temps, Jürgen Grossmann se réjouit des réactions chaleureuses de la France au projet : "J'ai l'impression que les projets franco-allemands en France suscitent beaucoup plus d'intérêt qu'ici, surtout du côté officiel. L'enthousiasme avec lequel les gens réagissent au Forum am Rhein me rend très heureux et confirme bien sûr que l'énergie que nous mettons dans le projet en vaut aussi la peine".